284 Commentaire

L’histoire tragique des quintuplés Dionne…

Le 28 mai 1934, dans une petite ferme à Callander, une petite commune au nord d’Ontario, Elvire Dionne a donné naissance à 5 filles identiques. Elles ont reçu les prénoms : Annette, Emilie, Yvonne, Cécile et Marie. Elles sont nées au moins 2 mois en avance et elles pesaient juste 600 grammes chacune. Elles étaient tellement petites qu’on pourrait les mettre sur une main. Les médecins ne leur donnaient pas de chances de survivre, mais leur volonté de vivre était plus forte. Le Croix Rouge de Canada a donné accès à la famille à des infirmières et incubateurs pour les filles.

Bientôt après, le monde a commencé à appeler les quintuples Dionne « enfants merveilleux », qui sont devenues le symbole global de la force et de la joie pendant la Grande Crise. En leur honneur, des produits de tout genre ont été créés, y compris des poupées de la marque Alexander Company qui sont apparues à Wichita Antiques Roadshow en juillet 2008. Au fur et à mesure, les filles sont devenues une attraction touristique. En 1937, environ 3000 invites sont passé par l’hôpital pour admirer les quintuples. Dans les années 1934-1943, environ 3 million touristes ont vu les filles. N’hésitez pas à passer à la page suivante

La popularité des filles était tellement grande que Hollywood a décidé de l’en profiter en tournant quatre films sur leurs vies dans les années 30. Bien sûr, tous avec un bon final. Malheureusement, la vraie vie des filles était, dans une large partie, très triste. En mai 1935, le gouvernement d’Ontario a signé un contrat avec le père des filles pour les exposer pendant la Foire Internationale à Chicago. Même si le père des enfants a annulé le contrat le lendemain, le gouvernement est intervenu. Ils se cachaient sous la protection des « bactéries, ravisseurs et exploitation ».

Malheureusement, les files sont quand même devenues une des plus grandes attractions de Canada. Spécialement pour elles, un pavillon avec fenêtres a été créé pour que les touristes puissent les regarder jouer. Dans les médias, les filles ont été dites privilégiées car elles avaient l’accès toute la journée au dispensaire, à la piscine et à un terrain de jeux juste pour elles. Pourtant, il y a très peu de gens qui avaient remarqué que les filles étaient enfermées derrière un vitre ou les visiteurs pourraient venir les regarder. De l’intérieur le vitre était couvert d’une maille fine, mais les filles voyaient parfaitement les ombres des spectateurs. Passez à la page suivante pour lire la suite !

« On savait qu’ils étaient la » a déclare après Cécile. Dans son autobiographie de 1963 on peut lire qu’elles étaient isolées du monde extérieur pendant qu’elles grandissaient et qu’elles avaient le droit de quitter le complexe hospitalier juste quelques fois. « On vit dans un cirque », « Le carnaval au milieu de nulle part » … Les femmes décrivent leur vie de cette façon. Les filles avaient été « utilisées » pendant le tournage de différentes publicités, comme celle de poupées de Madame Alexander, des fruit Quaker, des produits Palm olive et beaucoup d’autres.

Le parking et l’entrée à l’hôpital étaient gratuits pour les touristes, mais le magasin apportait de millions de dollars au pays, ce qui l’a empêché de la faillite. L’argent a été gagné à travers les souvenirs tels que les cartes postales, les assiettes ou les poupées Dionne (qui sont toujours vendues sur Internet). Il y avait aussi des souvenirs qui venaient de la ferme familiale comme les « pierres de fécondité », vendues pour 50 centimes. Passez à la page suivante !

Malgré le fait que les parents des quintuples habitaient de l’autre cote côté de la rue de Quintland, le couple n’y était pas bienvenu. « On ne se connaissait presque pas » rappelle Cécile. A l’âge de 9 ans, les parents des filles ont gagné la bataille qui leur permettait de rentrer à la maison. Mais la maison, spécialement construite pour elles, était au final vide et triste. Les filles ne traitaient pas leurs parent comme des sauveurs et le manque d’amour du côté de leur père rendait la situation encore plus difficile. Les filles avaient le sentiment d’avoir péché au moment de leur naissance.

A l’âge de 18 ans, les sœurs Dionne ont quitté la maison en rompant tout contact avec la famille. Emilie est devenue bonne sœur et est morte à cause de l’épilepsie en 1954. Trois sœurs se sont mariées, mais n’étaient pas heureuses auprès de leurs partenaires. En 1970 Marie est morte a causé d’une thrombose du cerveau. Dans les années 1990, les trois autres sœurs, Annette, Cécile et Yvonne, ont écrit un livre intitulé « Les secrets familiaux ». Comment était la suite de leur histoire ?

Malgré les revenus énormes générés par les quintuples, juste un million a été déposé au fonds fiduciaire. Quand elles avaient 21 ans, les filles ont reçu juste 800 000 dollars. Cécile a dit que les filles avaient du mal à gérer les finances. L’argent disparaissait petit à petit et quand Annette, Cécile et Yvonne avaient 60 ans, elles vivaient ensemble hors Montréal avec 746 dollars par mois.

En 1988 les sœurs ont fait une demande au gouvernement canadien pour qu’il leur rende l’argent du fonds fiduciaire. La première réaction du gouvernement offrait 2 000 par mois, mais après un proteste public, un accord a été atteint sous une compensation de 4.000.000 dollars. L’année ou Bobbi McCaughey a donné naissance au premiers « sept-iples » les sœurs ont écrit une lettre, publiée dans le magazine Time. « Nous espérons que tes enfants recevront plus de respect que nous ». Yvonne est morte en 2001, en laissant Cécile et Annette les seules sœurs en vie.

Source: Twitter
Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook !

640
Que pensez-vous? Participez à la discussion
Qu’est-ce que tu vois sur la peinture? 5 illusions qui testerons ton cerveau!
12/04/2018 06:06
Moi je connaissais leur histoire, j'ai lu un livre et vu un film.
12/04/2018 06:06
Tiens, cela fait longtemps que l'on avait parlé des Dionne ....
11/04/2018 06:06
Bien que plus jeune je me rappelle qu'on parlait assez régulièrement des soeurs Dionne car c'était exceptionnel 5 enfants et vivants de surcroît .
11/04/2018 06:06
Très connue cette histoire Très malheureux pour elles Il est vrai qu'à cette époque avoir des quintuplées vivantes en plus était exceptionnel, surtout que la pma n'existait pas bien sur. C'est bien triste .........
11/04/2018 06:06
Horrible je l'ai vu .
11/04/2018 06:06
Bien triste vie pour ces cinq soeurs !
11/04/2018 06:06
Catherine Auriault on avait regardé le film
10/04/2018 06:06
Frédérique vachement réjouissant votre commentaire. Enfin heureusement qu’ils y a des moments et événements qui nous donnent un peu de bonheur.
10/04/2018 06:06
Normal, traduction automatique de langlais
10/04/2018 06:06
J qi vue 2 fois le film une tragedie
10/04/2018 06:06
J ai lu leur histoire c est epouvantable
10/04/2018 06:06
oui enfin là c'est la logique du temps qui passe. on finit tous par mourir
09/04/2018 06:06
Et alors est ce qu'elles ont touché des royalties
07/04/2018 06:06
Y'a eu un film sur cette histoire
06/04/2018 06:06
Cil y'a quelques années, un film à était diffusé à la télé, le père ayant récupéré ses filles, les exploitait à son tour dans un cirque, il voulait lui aussi gagner de l'argent. Très émouvant comme film.
06/04/2018 06:06
Comme les noirs ont pratiqué l'esclavage sur les blancs en 1200 et quelques, Comme TOUT les hommes qui se sont acharnés sur les indiens Comme ils le font encore au 21 ème siècle sur les animaux.... On ne cherche pas ici qui a été le plus malheureux, ce n'est pas un concours, mais juste a dénoncé l'abomination humain dans tout son genre. L'humain est mauvais quelque soit son origine, sa couleur, sa religion, quelque soit tout ce que vous voulez, l'homme est juste mauvais et se cherche des excuses.
05/04/2018 06:06
William Bvn famille Dionne
05/04/2018 06:06
C triste il est trop bien se film
05/04/2018 06:06
Un article très intéressant sur l'exploitation de pauvres sœurs... Mais truffé de fautes ce qui en rend la lecture pénible...
10/04/2018 06:06
Normal, traduction automatique de langlais
05/04/2018 06:06
Je suis née en 1943 et ma chambre était décorée avec des sous verres contenant les sœurs Dionne.